Dans l'histoire de la pensée, il me semble que le doute est plus fondateur que la certitude.
Être doctrinaire, c’est être certain de la vérité de sa pensée (politique, philosophique ou religieuse). C’est l’élever au rang de dogme et être dogmatique c’est avoir une pensée rigide, arc-boutée et figée. C’est avoir une pensée de citadelle, solide et inexpugnable mais immobile et soumise à l’érosion du temps.
Être septique, c’est ne rien tenir pour certain. C’est donc accepter d’avoir une pensée fluctuante, souple et évolutive. C’est avoir une pensée de vent, insaisissable, libre et incoercible.
Paradoxalement c’est sur cette pensée aussi ténue que l’air que l’on bâtit des grands hommes et des nations généreuses. Le pesant dogme ne produit que des êtres étriqués et des nations aigries. La certitude nous plonge dans les ténèbres, le doute nous en libère.